La Poste : Stop à la répression syndicale

Communiqué de l'Union Régionale CGT FAPT Auvergne

Notre Camarade Eric Chanut, membre dirigeant de la CGT FAPT du Cantal, élu CGT au Comité Technique du Courrier pour la région Auvergne et Secrétaire du CHSCT, est convoqué en conseil de discipline, jeudi 3 mars à 14h00 à la direction régionale de La Poste, rue louis Renon à Clermont-Fd. Cette convocation fait état d’une sanction disciplinaire à son encontre, portant sur 3 mois de mise à pied.

La Poste veut le condamner lourdement car il soutient activement le personnel du centre de distribution du courrier de Jussac, actuellement en réorganisation.

Aussi nous te proposons de faire signer massivement la pétition jointe et de la retourner au plus vite pour être parvenue au syndicat avant le 3 mars. Merci de nous renvoyer la pétition au syndicat CGT FAPT 201 rue de l'Oradou 63000 Clermont, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., ou à la Maison du Peuple de Clermont-Fd.

Le rassemblement de soutien à notre camarade est prévu le 3 mars 2016 à 14h00 devant les locaux de la direction de La Poste, 1 rue Louis Renon à Clermont-Fd. Nous comptons sur présence d’un maximum de militantes et de militants.

Lorsque les militants syndicaux sont attaqués, ce sont les libertés et droits de tous les salariés qui sont atteints !

Télécharger le tract

La Direction de la Poste supprime des emplois, ferme les bureaux de Veyre Monton et St Amant Tallende tous les lundis, réduit les heures d’ouverture à Vic le Comte et aux Martres de Veyre.

Communiqué de l'intersyndicale CGT FAPT, CFDT, FO

Les organisations syndicales CGT, CFDT et FO ont déposé un préavis de grève pour la journée du lundi 18 juillet 2016, sur les bureaux de poste de Vic le Comte, Aydat, St Amant Tallende, Veyre Monton et les Martres de Veyre. Le personnel refuse les décisions prises unilatéralement par la Direction : suppression de 3 emplois sur le secteur, fermeture tous les lundis des bureaux de Veyre Monton et St Amant Tallende, fermeture à 17h au lieu de 17h30 à Vic le Comte, fermeture à 17h30 au lieu de 18h aux Martres de Veyre, dégradation des conditions de travail.

Lire la suite : La Direction de la Poste supprime des emplois, ferme les bureaux de Veyre Monton et St Amant...

Non à la fermeture des bureaux de poste oui au service public de proximité !

Les bureaux de poste de plein exercice ferment les uns après les autres dans le Puy de Dôme, une lutte s'engage sur le bureau de Sauxillanges.

Communiqué de la CGT FAPT du 16 septembre 2016

Alors que les luttes se multiplient dans les villes et les campagnes sur l’ensemble du territoire mêlant salariés, usagers et élus locaux mobilisés pour éviter la fermeture arbitraire des bureaux de poste, le Gouvernement et la direction de La Poste préparent et négocient dans la discrétion un nouveau contrat dit de présence postale territoriale 2017-2019.

La CGT qui est exclue des négociations tripartites auxquelles participe aussi l’association des maires de France, s’est néanmoins procurée les éléments essentiels du document de travail qui en fait de présence postale prépare une nouvelle saignée dans le service public en organisant la fermeture programmée de milliers de bureaux de poste et la suppression de milliers d’emplois.

Lire la suite : Non à la fermeture des bureaux de poste oui au service public de proximité !

La Poste condamnée à verser près de 426 000 € à 115 postiers du Puy de Dôme

À Clermont-Ferrand, 116 postiers de droit privé sont passés le 31 mai 2016, devant le bureau de jugement, ils demandaient à percevoir une prime (intitulé complément poste) identique à celle perçu par leurs collègues fonctionnaires. Relire l'article de février 2016.

Le 18 octobre dernier, 49 décisions étaient disponibles auprès du greffe du Conseil de prud’hommes. Le jugement constate que LA POSTE n’a pas respecté le principe « à travail égal, salaire égal » entre le personnel de droit public et le personnel de droit privé alors qu’ils ont un niveau de fonction identique. LA POSTE est condamnée à verser à ses salariés un rappel de salaire sur 5 ans d’un montant total de 172 045 €.

Cette décision est la première en France sur cette question, elle réajuste cette prime sur la fourchette haute prévue par le statut.

Lire la suite : La Poste condamnée à verser près de 426 000 € à 115 postiers du Puy de Dôme

Préavis de grève à La Poste

Le syndicat départemental CGT des Activités Postales et de Télécommunications du Puy de Dôme a déposé un préavis de grève pour la journée du 8 décembre 2016, couvrant l’ensemble du personnel fonctionnaire et contractuel, cadre et non cadre, de la Plateforme Industrielle de Courrier (PIC) Auvergne, ainsi que les personnels susceptibles de les remplacer.

Lire la suite : Préavis de grève à La Poste

Plateformes Industrielles de Courrier la Poste : Imposer nos revendications !

Communiqué de la Fédération des Activités Postales et de Télécommunication CGT, 23 février 2017

Les fermetures de PIC, les réorganisations avec transferts et concentrations des trafics détruisent l’organisation de l’acheminement du courrier, font reculer la Qualité de Service et dégradent les conditions de travail et de vie des agents dans les services.

Ces restructurations s’accompagnent d’un développement de la précarité sans précédent y compris en utilisant la sous-traitance des filiales de La Poste (à l’exemple de VIAPOST) pour développer le « dumping social ».

Outre le fait que les intérimaires, les CDD, les contrats aidés, contrats PRO ou en Alternance, subissent des pressions permanentes sur un avenir incertain. Le « turn-over » oblige les agents des services à aider et à assurer leur formation sur les chantiers ce qui augmente encore plus la charge de travail déjà pénalisée par le manque d’emploi.

Lire la suite : Plateformes Industrielles de Courrier la Poste : Imposer nos revendications !

Le directeur d’Orange condamné ! L’arroseur arrosé …

Communiqué du syndicat CGT FAPT 63 : 

Après la crise sociale de 2009 et une parenthèse d’apaisement social, depuis juillet 2013, les projets de réorganisation se succèdent à un rythme effréné avec les dossiers ayant tous la même finalité : à savoir faire avec ceux qui restent et ainsi participer à vider les services d’Orange en Auvergne. Une constante : tous les dossiers sont flous, incomplets, sans véritable analyse des risques psychosociaux. Or, le CHSCT doit pouvoir disposer de toutes les informations afin d’émettre un avis qui est consultatif.

Après une 1ère présentation incompréhensible, le dossier de réorganisation GSSO (Gestion Service Sécurité des Occupants) consistait dans une 2ème présentation à professionnaliser la filière avec un rattachement hiérarchique de 4 chargés d’affaires à Lyon. Puis dernièrement, le CHSCT découvre qu’en fait, une trentaine de salariés du département logistique serait impactés !

C’en était trop cette fois, le CHSCT n’était pas en mesure de donner un avis éclairé et la secrétaire, porte-parole de l’instance a ainsi refusé de signer l’ordre du jour sur le point GSSO suspectant que d’autres aspects du dossier seraient également passés sous silence.

Le président a alors assigné personnellement la secrétaire le 28 avril en référé (mesure d’urgence !) en dénonçant son « comportement abusif » et réclamant un dédommagement de 500 euros.  La décision a été rendue le 7 mai et est favorable au CHSCT. Ainsi, Orange est débouté et condamné à répondre aux questions posées lors d’une séance supplémentaire d’informations et doit payer tous les frais de justice, soit 2668 euros.

Orange, par la voix de son directeur, a voulu taper fort en tentant de déstabiliser le CHSCT et plus particulièrement sa secrétaire soutenue par l’ensemble du CHSCT et par la CGT à tous les niveaux.

Cette décision fait jurisprudence et fixe les limites des abus de pouvoirs de certains dirigeants d’Orange.

Dans ce contexte, le CHSCT d’Orange reste plus que jamais vigilant sur le respect de la sécurité, les conditions de travail et la santé du personnel.

Clermont-Ferrand, le 12 mai 2015

Maryline et le syndicat FAPT CGT 63 remercient tous les syndicats et tou-te-s les militant-e-s qui ont apporté leur soutien par leur présence au TGI ou par la signature en masse de la motion.

 

La Poste : Non à la répression syndicale !!!

Communiqué Cgt Fapt 63, 6 juin 2017

Notre camarade Gérard Saugues, militant CGT et Représentant du Personnel au CHSCT de la Plateforme Colis La Poste de Clermont-Ferrand, est convoqué par sa direction, demain 7 juin, à un entretien suite à son refus de signer un document, non officiel, concernant l’utilisation de la salle de repos du site. Ce document à connotation religieuse n’a pas lieu d’être dans un établissement de la Poste.

Cette convocation, incohérente et injuste, n’est que la suite logique de plusieurs mois de répression envers la CGT et ses militants. Fin 2016, une pétition signée par 80% du personnel dénonçait déjà la terreur que fait régner le directeur d’établissement : pressions sur le personnel et les encadrants, pressions répétées sur la secrétaire du CHSCT (militante CGT), refus d’accès à certains locaux pour les Représentants du Personnel, mise à pied d’un militant CGT, licenciement d’un autre militant CGT en début d’année.

Le CHSCT a d’ailleurs voté un délit d’entrave et une expertise, le même jour partait la convocation de notre camarade !

La CGT FAPT 63 appelle donc à un rassemblement demain à 19h30, devant la PFC de Clermont-Fd, bd Louis Chartoire, ZA les Gravanches 63051 Clermont-Fd (vers IKEA et METRO), en soutien à notre camarade Gérard Saugues.

Télécharger la motion de soutien à renvoyer au syndicat Cgt Fapt 63 (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

Prud'hommes de Clermont : Délit de Marchandage : ORANGE épinglée !

Communiqué du secteur DLAJ CGT du Puy de Dôme :

Le Code du travail français définit le délit de marchandage et interdit, « toute opération à but lucratif de fourniture de main d'œuvre qui a pour effet de causer un préjudice au salarié qu'elle concerne ou d'éluder l'application des dispositions légales ou de stipulations d'une convention ou d'un accord collectif de travail ».

Autrement dit, il s’agit de la situation qui consiste pour une entreprise de recruter des salariés non pas directement, mais par le biais d’une société tierce se donnant l’apparence d’un prestataire de service. Par ce subterfuge, les salariés se trouvent privés des mêmes droits individuels et collectifs de leurs collègues recrutés par le donneur d’ordre.

Lire la suite : Prud'hommes de Clermont : Délit de Marchandage : ORANGE épinglée !