Luxfer : Conférence de Presse mercredi 30 septembre 2020

Le 30/09/2020 à partir de 9h00, les ex-salariés de Luxfer Gas Cylinders et leurs représentants syndicaux CGT et CFDT vous appelle à les soutenir au Palais de Justice de Clermont-Ferrand (16 Place de l'étoile 63000 Clermont-Ferrand).
 
Une conférence de presse aura lieu entre 11h00 et 11h30.
 
124 anciens salariés feront valoir leurs droits au prud'homme. 97 salariés, 13 salariés protégés et 14 intérimaires. Ce jour, les dossiers des 97 salariés passeront en conciliation aux prud’hommes. Plusieurs motifs sont invoqués, tel que le licenciement sans cause réelle et sérieuse, ou la mise en danger volontaire des salariés en lien avec le projet de fermeture de l'usine.
Ce sera aussi l'occasion de faire le point sur la relocalisation de l'usine de Gerzat. A ce jour, un repreneur a été sélectionné pour poursuivre les négociations avec le groupe Luxfer. Son projet est validé par l'état, les collectivités (La Région AURA et la Métropole de Clermont-Ferrand) et les représentants du personnel.
Les négociations se passe entre le Ministère de l’Industrie, le repreneur et Luxfer. Bien que les négociations continuent, l'usine de Gerzat n'est toujours mise à la vente par le groupe Luxfer.
Pourtant, le COVID est toujours présent et les productions de bouteilles d'oxygène médical de Gerzat restent stratégiques, tant dans les hôpitaux que pour les traitements d’oxygénothérapie à domicile.
 
A ce jour, l'Europe ne produit plus aucune bouteille d'oxygène sur son territoire et doit dépendre de deux approvisionneurs :
- Luxfer Nottingham au Royaume-Uni, qui spécule sur le marché en créant volontairement des retards d'approvisionnements pour faire flamber ces prix (Ces informations sont vérifiables sur les rapports annuels et trimestriels de 2019 et 2020 publiés en bourse)
- D’un concurrent en Turquie qui est aussi une importante usine d'armement. Une position délicate au vu des dernières actualités géopolitiques
La deuxième activité principale de l'usine sont les équipements respiratoires des pompiers (ARI). Après des immenses incendies en Amazonie, en Afrique et en Australie, c'est au tour de la Californie de s'embraser. Faudra-t-il attendre que ce soit à l'Europe de brûler pour que l'état relocalise ces productions ?
De plus, le repreneur propose plusieurs projets de diversification qui pourrait générer de nombreux emplois dans les années à venir sur le bassin clermontois. Un bassin largement touché par de nombreuses délocalisations ces dernières années cumulées à l'actuelle crise de l'aéronautique.
Ces projets de diversifications sont étroitement liés à l'environnement.
 
Ce projet intégralement financé rentre dans tous les critères du plan de relocalisation du gouvernement. Tous les feux sont au vert, aucun échec ne sera toléré parce que l'état n'a pas permis la mise en vente de cette usine devenue une friche industrielle (Pour rappel, Luxfer a réinjecté 13 M€ dans le capital de l'entreprise pour la maintenir fermée pendant la crise du COVID).
Il est difficile de comprendre le positionnement de l'état. D'un côté, il participe aux négociations pour relocaliser notre usine, mais de l'autre, il se positionne du côté de Luxfer pour contrer les procédures pour licenciement sans cause réelle et sérieuse invoqués par les salariés (Rappelons que la personne ayant validé le motif économique des licenciements chez Luxfer contre l'avis de la DIRECCTE est Yves Struillou récemment écarté du Ministère du travail à cause de l'affaire Antony Smith).
En espérant vous voir Mercredi.
 
Les membres du CHSCT Luxfer France
 
Site Luxfer
Rue de l'industrie 
63360 Gerzat

 

COMMUNIQUE DE PRESSE - Situation Luxfer à Gerzat

 

ENTREPRISE LUXFER A GERZAT- PUY DE DÔME

Souveraineté sanitaire, relocalisation, réindustrialisation…

Passons des déclarations aux actes !

 

Mi-avril, les organisations syndicales CFTC, CFDT, CFE-CGC, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNSA, d’Auvergne - Rhône-Alpes s’étaient exprimées ensemble sur la situation de l’entreprise LUXFER, à Gerzat, dans le Puy de Dôme pour relayer la parole des salarié-es  de l’entreprise.

Pour rappel, cette usine de LUXFER est le leader de la production de bouteilles d'oxygène médical en Europe. Pourtant il y a 22 mois, la direction de l’entreprise décidait de fermer définitivement l'usine et de licencier tous les effectifs malgré des bénéfices en augmentation de 55 %. La raison ? Une stratégie de prédation : User de sa position de monopole et créer volontairement des difficultés d'approvisionnement pour forcer les clients à prendre des produits de plus basse qualité et faire augmenter leurs prix une première fois en 2019 et une deuxième en 2020 pendant la crise du COVID.

Dès l’annonce du projet, les salarié-e-s de LUXFER et leurs représentants CFDT et CGT, avec le soutien et l'engagement des différentes structures syndicales professionnelles et territoriales des organisations signataires, se sont démené-e-s inlassablement pour proposer des alternatives à ce plan, d’abord à LUXFER dans le cadre de la phase d’information / consultation, puis avec la recherche de repreneurs. Elles et ils ont également porté le projet d’une coopérative puis d’une réquisition de leur entreprise par l’Etat dès lors que la crise sanitaire laissait entrevoir un risque de pénurie de bouteilles d’oxygène.

Après le premier pic et alors que la perspective d’un vaccin reste éloignée, alors que l’Europe et l’ensemble des pays très fortement impactés par le COVID-19 ont déjà connu les situations de pénurie de bouteilles qu’avaient annoncées, de longue date, les ex-salarié-e-s de l’usine, la seule usine d’Europe apte à produire des bouteilles d’oxygène médical va-t-elle encore rester à l'arrêt quand les signes de la "deuxième vague" tant redoutée sont, chaque jour, plus nombreux ?

Rappelons-nous que le contexte avait amené le Président de la République Emmanuel Macron à souligner le besoin de renforcer les services publics et la nécessité de retrouver les moyens de notre souveraineté en termes de production de matériel sanitaire. Il avait déclaré vouloir "rebâtir l’indépendance de la France" notamment sur les produits de première nécessité en affirmant "qu’il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché".

Les communications sur les plans de relance annoncés depuis, que ce soit au niveau national comme au niveau des régions et de l’Europe "déclinent" toutes, sous des formes diverses, les thèmes de la souveraineté économique et de l’indépendance technologique.

Les ex-salarié-e-s sont toujours prêts et disponibles pour apporter leurs compétences et leur savoir-faire au service de l’intérêt général, de la préservation de la santé de toutes et tous. Ils ont poursuivi, avec plusieurs repreneurs, l’élaboration de projets de redémarrage de l’activité bouteilles et de diversification de leur activité, autour des enjeux liés à la "transition écologique". Certains sont très avancés, y compris sur l’angle financement.

C’est pourquoi, nos organisations syndicales soussignées renouvellent leur plein soutien à la lutte sans relâche menée par les salarié-e-s et leurs organisations syndicales. Elles demandent à nouveau que tous les moyens soient déployés pour la relance de la production et la pérennité de l’usine et des emplois.

Comme premier jalon d’un projet plus vaste, la reprise de la production industrielle à LUXFER, et les projets de diversification projetés, auraient valeur de symbole, pour la région AURA, le territoire national et européen, de cette volonté affichée de retrouver souveraineté économique et indépendance technologique.

Les organisations syndicales régionales CFTC, CFDT, CFE-CGC, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNSA, demandent à l’Etat qu’il décide enfin de s’engager concrètement et sans attendre pour obliger le groupe LUXFER à vendre l’usine. A ce jour, un repreneur sérieux avec un projet viable et financé s’est positionné, mais il reste toujours dans l’attente d’une décision de LUXFER.

Dans une délibération du 10 juillet 2020, le Conseil Régional, demande également à l’Etat d’agir pour que le propriétaire de LUXFER soit forcé de rentrer dans une solution de cession de site. La Région s’engage, si une telle démarche est initiée, à accompagner un projet de reprise du site, aussi bien en termes d’investissements que d’accompagnement des salariés. Cette opération d’accompagnement serait menée conjointement avec les autres collectivités locales, notamment le département du Puy-de-Dôme.

Plus rien ne s’oppose à la relocalisation de l’usine de Gerzat et au redémarrage de sa production de bouteilles d’oxygène médical. Tous les moyens doivent permettre d’affronter la seconde phase de la crise sanitaire que nous abordons.

La relance permettrait également au repreneur de mettre en œuvre des projets de diversification liés aux, impérieux enjeux environnementaux portés par les ex-salariés et leurs organisations syndicales, des collectivités territoriales, des élus et des organisations politiques.

Alors que des collectivités territoriales se sont engagées à différents niveaux, il est insupportable que l’Etat n’agisse pas.

Il est grand temps que les paroles se traduisent en actes.

Lire la communiqué de presse

Le 23 septembre 2020

Luxfer : « Ils nous ont laissé mourir, ils ont laissé l’usine pourrir »

Article d'Amandine Cailhol – journal LIBÉRATION le 12 février 2019

Après le refus, mardi 12 février 2019, du projet de poursuite d’activité, l’usine du Puy-de-Dôme spécialisée dans la fabrication de bouteilles de gaz risque de fermer en juin, malgré ses bénéfices. Retour sur la lutte des 136 salariés pour conserver leur emploi.

Encore une. À Gerzat, dans le Puy-de-Dôme, la nouvelle est tombée fin novembre : l’usine Luxfer Gas Cylinders, spécialisée dans la fabrication de bouteilles de gaz à haute pression, va fermer. C’est du moins le souhait de la direction du groupe britannique qui a racheté ce site en 2001. Mais les salariés n’entendent pas se laisser faire. Retour, en dix dates, sur leur lutte pour sauver l’emploi.

26 novembre, l’annonce au réfectoire

Ça s’est passé à la cantine. Les salariés qui étaient présents ont vu débouler un homme au visage inconnu : le manager de transition. Certains l’avaient croisé dans les couloirs quelques minutes avant cette réunion matinale de dernière minute, et lui avaient demandé qui il était. «Quelqu’un que vous n’allez pas aimer», leur aurait répondu le nouveau venu. Entre les tables de cantine, il a laissé le directeur du site annoncer la mauvaise nouvelle : après quatre-vingts ans d’existence, l’usine, dont les industriels Air liquide et Linde sont les deux plus gros clients, allait fermer en juin. Au même moment, un communiqué était publié par la direction. Il y était question de l’«environnement économique dégradé» de cette boîte qui produit notamment des extincteurs pour les pompiers de Paris et de Marseille et des bouteilles d’oxygène pour les hôpitaux. La missive pointait aussi «une concurrence de plus en plus agressive provenant notamment de pays à bas coûts» et affirmait la nécessité de «simplifier son outil industriel en réorganisant son activité» et en la «concentrant» sur ses deux autres sites britannique et américain.

«C’était froid, sans aucune délicatesse, se souvient l’un des 136 salariés de Luxfer. On était incrédules car le carnet de commandes était bien rempli.» «On ne s’y attendait tellement pas, raconte un autre, du service des approvisionnements. Après ça, j’ai été arrêté quelques jours. Le médecin voulait même me mettre sous anxiolytiques.»

Aujourd’hui encore, près d’un tiers des salariés est en arrêt maladie, selon la CGT. «Il faut les comprendre. Il y a un minimum de respect à avoir quand on veut virer les gens qui vous ont fait gagner de l’argent pendant des années. Là ça a juste été du mépris», s’agace Axel Peronczyk, élu CGT au CHSCT de l’entreprise.

Lire la suite : Luxfer : « Ils nous ont laissé mourir, ils ont laissé l’usine pourrir »

STOP A LA DESTRUCTION DE NOS EMPLOIS !

Les salarié-es de HOP, dont le groupe Air France est le principal actionnaire, ont décidé de se mobiliser face à l'annonce de suppression de 49 emplois.

Ils seront en grève ce vendredi 10 juillet à partir de 9h00 à l'occasion de la venue de la direction sur le site de maintenance de Clermont-Ferrand.

Une conférence de presse est conviée aux alentours de 10H00 et un casse-croûte sera proposé en attendant l'arrivée de la direction de HOP. Tout renforcement interprofessionnel sera le bienvenue pour soutenir nos camarades qui ne veulent pas voir leurs emplois et leurs activités disparaître alors que 7 milliards d'euros ont été mis sur la table par "l'ancien" gouvernement Macron. L'Etat est une fois de plus complice d'une casse sociale organisée sous couvert d'arguments écologiques.


Soyons nombreuses et nombreux aux côtés des salarié-es de HOP ce vendredi !

Lire le tract

LUXFER : nouvelle demande d'intervention auprès de la Préfecture

Malgré la crise liée au COVID - 19 qui a mis en lumière la nécessité de relocaliser certaines chaînes de valeurs, le groupe LUXFER continue en toute impunité sa stratégie de monopole à l’américaine dans le seul et unique but de continuer d’augmenter ses tarifs sur des produits désormais de moins bonne qualité, avec pour seul objectif : faire du profit à court terme. 

Par un courrier commun, la CGT, la CFDT LUXFER, l’UD et l’USTM CGT du Puy de Dôme ont interpellé à nouveau la Préfète du Puy de Dôme.

Retrouvez également le communiqué de presse.

 

LE JOUR D’APRÈS...

 L’ETAT DOIT EMPECHER LES LICENCIEMENTS ET LES FERMETURES DE NOS USINES.

Nous sommes la CGT de CARGILL Haubourdin, MICHELIN La Roche-sur-Yon, GÉNÉRAL ÉLECTRIC Villeurbanne, LUXFER Gerzat, FAMAR Lyon et BOSCH Rodez. Ça y est nous sommes le jour d’après.
Les multinationales qui nous licencient ont des centaines de milliards d’euros en réserve. Certains groupes qui annoncent des milliers de licenciements à cause du COVID_19 ont encore plus de profit en stock !

Dans la situation actuelle l’État doit les contraindre à utiliser ces moyens pour que nos activités se poursuivent ou reprennent et empêcher nos licenciements.

Nous pouvons tous exiger en signant cette pétition et en écrivant aux Conseils Régionaux pour qu’ils votent la motion que nous proposons SUR CE LIEN

Merci de faire suivre à vos contacts et de signer la pétition en ligne.

Et retrouvez le documentaire de la chaîne LCP en suivant ce lien

LUXFER : L’ÉTAT COMPLICE DU CARNAGE INDUSTRIEL

À Gerzat, un combat oublié des politiques et des grands médias...

 « On occupe l’usine jour et nuit pour empêcher notre patron de péter les machines ! » En quelques mots, Axel Peronczyk a tout résumé du drame absurde et violent qui se joue dans un petit coin de France oublié de nos dirigeants politiques et des grands médias.

 

Loin d’être résignés, les Luxfer espèrent la création d’une coopérative ouvrière ou l’arrivée d’un repreneur industriel.

Retrouvez les reportages du média : "Là-bas si j'y suis" :

https://la-bas.org/la-bas-magazine/reportages/luxfer-l-etat-complice-du-carnage-industriel

https://la-bas.org/la-bas-magazine/la-bas-express/luxfer-le-ministere-du-travail-autorise-le-licenciement-des-10-syndicalistes