LE JOUR D’APRÈS...

 L’ETAT DOIT EMPECHER LES LICENCIEMENTS ET LES FERMETURES DE NOS USINES.

Nous sommes la CGT de CARGILL Haubourdin, MICHELIN La Roche-sur-Yon, GÉNÉRAL ÉLECTRIC Villeurbanne, LUXFER Gerzat, FAMAR Lyon et BOSCH Rodez. Ça y est nous sommes le jour d’après.
Les multinationales qui nous licencient ont des centaines de milliards d’euros en réserve. Certains groupes qui annoncent des milliers de licenciements à cause du COVID_19 ont encore plus de profit en stock !

Dans la situation actuelle l’État doit les contraindre à utiliser ces moyens pour que nos activités se poursuivent ou reprennent et empêcher nos licenciements.

Nous pouvons tous exiger en signant cette pétition et en écrivant aux Conseils Régionaux pour qu’ils votent la motion que nous proposons SUR CE LIEN

Merci de faire suivre à vos contacts et de signer la pétition en ligne.

Et retrouvez le documentaire de la chaîne LCP en suivant ce lien

LUXFER : L’ÉTAT COMPLICE DU CARNAGE INDUSTRIEL

À Gerzat, un combat oublié des politiques et des grands médias...

 « On occupe l’usine jour et nuit pour empêcher notre patron de péter les machines ! » En quelques mots, Axel Peronczyk a tout résumé du drame absurde et violent qui se joue dans un petit coin de France oublié de nos dirigeants politiques et des grands médias.

 

Loin d’être résignés, les Luxfer espèrent la création d’une coopérative ouvrière ou l’arrivée d’un repreneur industriel.

Retrouvez les reportages du média : "Là-bas si j'y suis" :

https://la-bas.org/la-bas-magazine/reportages/luxfer-l-etat-complice-du-carnage-industriel

https://la-bas.org/la-bas-magazine/la-bas-express/luxfer-le-ministere-du-travail-autorise-le-licenciement-des-10-syndicalistes

 

Sauvez l'outil de Travail et les emplois des salarié-e-s de Luxfer

 

A Gerzat, commune limitrophe de Clermont-Ferrand, après 14 mois de lutte pour sauver leurs emplois et l'outil industriel face « à une multinationale crapuleuse » et dans l'immédiat, empêcher la destruction des installations, « une soixantaine de salariés-e- et ex-salarié-e-s  de l'usine Luxfer se relaient jour et nuit pour occuper le site ». Leur objectif est clair : «  Tant que l'usine ne sera pas placée sous tutelle de l'Etat pour être mise à disposition d'un repreneur. Tant que le Ministère du Travail n'aura pas invalidé le motif économique de ces licenciements. Et tant qu'une aide plus poussée sur les reclassements des salarié-e-s ne soit mise en place. » Le tout, sous la menace d'intervention musclée de milices privées ou policières et d'engins de destruction.

 

Un reportage à Gerzat (par Georges André) pour la manifestation et le déjeuner sur le rond-point avec l'histoire des ces 14 mois de lutte, de mépris et de non-réponse. Une déclaration du porte-parole qui dit tout de cette épreuve.

 

Soutenez cette lutte en signant LA PETITION 

LUXFER : réquisition du site contre destruction

La semaine dernière la direction de LUXFER a décidé de faire détruire une partie des outils de travail pour se dédouaner de leurs obligations de revitalisation.
LUXFER c’est 136 licenciements, la fermeture définitive d’un fleuron industriel français, la suppression de l’unique activité mondiale de bouteille de gaz haute pression en aluminium de haute qualité. Ceci, afin de se servir de sa position de monopole pour baisser la qualité des produits et augmenter ces prix de vente, afin d’augmenter les profits des actionnaires.

Hier matin, la direction de LUXFER a encore franchi un cap en envoyant des engins de chantier pour détruire le parc machines illégalement sous le regard passif de l’état. Les salariés de LUXFER ont donc pris la décision d’occuper le site de Gerzat.

Pourtant des solutions existent, un projet de revitalisation viable et construit porté par les salariés n’attend plus que LUXFER respecte ces engagements. Celui-ci rentre dans les critères fixés par LUXFER en préfecture.

Ayant déjà fait toute la chaine hiérarchique du Ministère, les salariés attendent donc une médiation avec les plus hauts fonctionnaires de l’état, M. Lemaire et M. Macron.

Les salariés demandent :
- Que la destruction illégale de l’outil de travail soit arrêtée,
- Que l’état prenne ses responsabilités en usant de leur outil juridique pour forcer LUXFER à respecter ces obligations de revitalisation,
- Que le Ministère du Travail statut sur le motif économique qui ne peut être qu’infondé,
- Avec seulement 15% de salariés reclassés au bout de 8 mois dont la moitié en contrat précaire, une aide de l’état est nécessaire.

Le site est donc occupé 24h/24 jusqu’à nouvel ordre.

Tout renfort est le bienvenu.

Lire le tract intersyndical Luxfer

 

Une conférence de presse est organisée mercredi 22 Janvier à partir de 14h00. Soyons nombreuses et nombreux à soutenir nos camarades!

URGENT !!!!!!!!!!!!!!!! Changement de programme !

Cher(e)s Camarades,

Vous trouverez le communiqué de presse du secteur fédéral CGT Cheminots de la région Auvergne Nivernais suite à l'article ignominieux paru dans le journal La Montagne aujourd’hui. S'il fallait encore une preuve que les médias sont aux ordres et que les journalistes ne font pas leur boulot...

PUISQUE PÉPY NE VEUT PAS RENCONTRER LES CHEMINOTS :

LES CHEMINOTS IRONT A LUI !!!!!!!

UN RASSEMBLEMENT SE TIENDRA DEVANT LA PRÉFECTURE A 8h30.

PÉPY rencontre les os à 8h45 à la préfecture. Rendez-vous à 8h au secteur ! Je suis conscient que cela va poser des problèmes d’organisation mais la réactivité et l’adaptation sont aussi des qualités de notre organisation.

IL DOIT ENTENDRE LA VOIX DES CHEMINOTS AUVERGNATS.

Plus on sera nombreux, plus on sera forts ! Plus il nous entendra !

 

 

 

 

Grève GCA, "on est dans le dur"

Depuis 15 jours les salariés de GCA packing sont en grève pour une augmentation de salaire de 100 euros pour tous, le droit aux EPI, un réajustement de 4 minutes des horaires pour améliorer les conditions de vie, l'abandon des jours de carence pour tous et l'embauche en CDI des salarié-e-s en CDD.
 
Depuis des engagements positifs sur le EPI et les 4 minutes... RIEN DE PLUS, à part du mépris visant à laisser pourrir ce conflit qui impacte pourtant la production et le fonctionnement de l'AIA de Clermont, établissement industriel du Ministère des Armées, donneur d'ordres dans le cadre d'un marché public.
 
Ce matin, lors d'une réunion du Comité Social et Economique, les élus CGT présents ont quitté cette réunion,  exigeant l'ouverture immédiate de négociations avec les représentants syndicaux de Clermont-Fd.
 
L'attitude du Président du Groupe GCA et celle de la direction de la filiale GCA Packing est intolérable !
 
Les salariés ont le soutien de TOUTE la cgt tant professionnelle qu'interprofessionnelle, notamment avec La Fédération de la Construction du Bois et de l'Ameublement, la Fédération Nationale des Travailleurs de l'Etat, la Confédération et l'Union Départementale du Puy de Dôme.

Les revendications des salariés sont légitimes d'autant que la productivité a augmenté de +20% depuis le 1er janvier 2019 !

Aussi, il est constaté que les grévistes sont remplacés par des salarié-e-s d'autres filiales du groupe ! Cette situation est elle aussi intolérable!

86% des salariés sont en grève, depuis le début et aucune réponse à la hauteur des enjeux.
 
Aujourd'hui aussi, ils et elles ont décidé de déplacer leur piquet de grève, aux portes de l'hopital de Riom, avec les agents en lutte. Un beau moment d'échanges, de solidarité et de convergences !
 
En ce sens, l'UD Cgt 63 continuera de tout mettre en oeuvre pour soutenir des salarié-e-s qui se battent pour leurs conditions de vie et de travail.
La solidarité financière déjà apportée par les militant-e-s, les syndicats et structures de la Cgt aide à tenir mais ne sera pas suffisante si le patron reste dans le dur, avec ses méthodes intolérables.
 
Vous pouvez passer sur le piquet de grève pour les aider... et une cagnotte Leetchi est également en ligne si vous êtes un peu loin.
 
Soutenir et accompagner cette lutte est indispensable, pour leur victoire méritée et pour amplifier plus généralement le rapport de forces, dans ce pays où les décisions politiques détruisent les conquis sociaux et renforcent l'exploitation des travailleurs et des plus démunis.
 

Action AUCHAN le 7 Septembre

 

Notre magasin Auchan a ouvert ce premier dimanche...

Pour contrer cette offensive contre le repos dominical (une fois de plus), une action  aura lieu à l'entrée de l'hyper pour distribuer aux clients notre tract sur les conséquences du travail du dimanche et signer notre pétition.

L'action aura lieu :

LE 07 SEPTEMBRE DE 10H A 12H00 A L’ENTRÉE DE L'HYPERMARCHE AUCHAN CLERMONT NORD

CGT Commerce, Services & Distribution 
Maison du Peuple - Place de la Liberté
63000 CLERMONT-FERRAND
Tel: 04 73 37 91 26
Port: 06 12 34 01 28

Page Facebook : CGT Commerce Distribution Services 63

SAUVONS LE TRAIN DES PRIMEURS PERPIGNAN – RUNGIS DÉVELOPPONS LE FRET FERROVIAIRE

 

Montreuil, le 6 Juin 2019

La Confédération a décidé de donner une dimension nationale à la mobilisation des Cheminots autour du maintien du train dit des primeurs alimentant le Marché d’Intérêt National de Rungis (94) depuis le marché St Charles de Perpignan.

L’avenir de ce train est conditionné à l’investissement dans de nouveaux wagons frigorifiques d’un montant de 25 millions d’euros que la SNCF ne veut assumer qu’à la condition d’un engagement des chargeurs (REY et ROCCA) sur un volume et une durée de trafic d’au moins 10 ans pour soi-disant rentabiliser l’investissement.

Nous voyons là tous les méfaits de l’ouverture à la concurrence qui ne conçoit le maintien d’une relation ferroviaire que sous l’angle d’une rentabilité économique en occultant les conséquences dramatiques en matière environnementales et sociales.

En effet, cette décision, si elle était mise en œuvre, conduirait à mettre sur les routes 25 000 camions par an sur un axe déjà largement saturé et à supprimer des milliers d’emplois.

Face à la mobilisation menée localement et inter professionnellement en y associant les populations locales et les élus politiques, le Gouvernement a été contraint de mettre en place un comité de pilotage associant le ministère des transports, la SNCF, les conseils régionaux et départementaux concernés, des représentants du MIN de Rungis et du marché de Perpignan ainsi que les chargeurs sur l’avenir de ce train.

Néanmoins, les premières propositions faites ne permettent pas d’assurer un avenir à ce train et encore moins de développer le trafic. En effet, il existe un réel potentiel de développement puisque 1,6 million de tonnes de fruits et légumes transitent par le marché St Charles qui dispose de 20 000 m² d’entrepôts climatisés et 1 million par le MIN de Rungis dont le terminal réfrigéré a été rénové en 2010 pour un montant de 19 millions d’euros.

La bataille autour de ce train est emblématique des enjeux de report modal et de développement d’un transport respectueux de l’environnement. C’est pourquoi, la CGT souhaite en faire une bataille nationale face à l’urgence climatique.

Cette pétition doit être un outil permettant d’aborder avec nos syndiqués, les salariés et la population ces questions et de travailler à des propositions de report modal en territoire sachant que les premiers résultats d’une enquête du Commissariat Général au Développement Durable portant sur les entrepôts et les établissements de la logistique indique que seulement 8% d’entre eux disposent d’une installation reliée au ferroviaire et que seulement 50% l’ont ou l’utilisent.