Grève des cheminots et médias.

On l'aura compris en allumant notre radio ou notre télé ces derniers jours, on n'est pas parti pour un mois d'informations pertinentes et objectives. Pour résumer les news de ce matin, coupe du monde de foot où les français sont les meilleurs, et les grèves qui "prennent en otage" les usagers.

Nous assommer de foot au moment où les français-e-s devraient être informé-e-s et pas lobotomisé-e-s, c'est pratique. Elle tombe encore bien cette coupe du monde.

Lire la suite : Grève des cheminots et médias.

Un syndicat c'est quoi ?

Un syndicat c'est quoi ?

Découvrez la nouvelle brochure confédérale, à diffuser largement auprès des militant-e-s, sympathisant-e-s et salarié-e-s. 

Dans une époque où le repli sur soi se répand dangereusement, cette brochure nous permettra de valoriser l'action de la CGT auprès des salarié-e-s et les inciter à se syndiquer. Outils intéressant pour expliquer simplement les rôles des élu-e-s et mandaté-e-s, il s'agit surtout d'un support encourageant le rassemblement et l'organisation dans les entreprises.

Dans un pays où les médias lobbyistes sont omniprésents et les idées extrémistes progressent, ce document encourage à s'informer autrement (via les publications CGT) et à décrypter l'actualité.

À utiliser sans modération...

Télécharger la brochure confédérale

Éthique et droits de l'homme, vu par les multinationales.

Nous nous souvenons tous du drame du 24 avril 2013 au Rana Plaza. 1138 ouvrier-e-s textiles y ont perdu la vie, et plus de 2500 y ont été blessé-e-s (Relire article "Rana Plaza, 1 an après").

Plus d'un an après cette catastrophe, les victimes attendent toujours d'être indemnisées ; le travail s'y effectue toujours dans des conditions inhumaines ; rien, ou peu de choses, n'a changé. Dans leur combat pour la reconnaissance des responsabilités, les victimes sont face à des multinationales qui refusent purement et simplement de reconnaître le moindre tort.

Il faut dire que le système facilite la défense de ces grands groupes. Souvent les multiples filiales qui constituent une multinationale, jouent le rôle de fusibles ; même si des étiquettes Carrefour, Camaieu, etc. ont été sorties des décombres du Rana Plaza, les lois ne permettent pas d'assigner les donneurs d'ordres en justice. Il est impossible d'obtenir la moindre réparation pour les victimes, ni de reconnaître la responsabilité des entreprises dans la fabrication de leurs propres produits.

Ce système favorable à l'esclavagisme pour la sacro-sainte rentabilité financière commence ici, en France. La loi «d’orientation et de programmation relative à la politique de développement et de solidarité internationale » qui doit être votée cet été a été vidée de toute contrainte en terme de responsabilité. Sous l'impulsion du MEDEF, Bercy et Matignon l'ont dénaturée avant son passage devant les parlementaires, lui ôtant toute mesure contraignante pour les entreprises.

De ce fait, un collectif d'ONG ("étique sur l'étiquette", "ccfd-terre solidaire", "peuples solidaires" et "sherpa") ont interpellé les entreprises du CAC 40. Il leur a été proposé un questionnaire pour savoir comment elles appliquent "les principes relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme", établis par l'ONU, et si elles étaient favorables à un encadrement juridique de ce principe de sous traitance (Lire l'article de mediapart)

Le résultat de cette consultation, dont le MEDEF s'est emparé afin de guider les entreprises du CAC dans leurs réponses, est clair et désolant.

Dans l'objectif unique et permanent de la rentabilité financière maximum, nos multinationales ne comptent pas remettre en question l'exploitation des êtres humains. En effet un équilibre est en place : d'un côté certains États sont laxistes et peu regardant en terme de droits de l'homme (lobbys et pot de vins peut-être ?) ; de l'autre "les entreprises ne peuvent pas se substituer aux États défaillants" (dixit Capgemini). Ainsi on comprend tout à fait que ces groupes ne vont pas tuer la poule aux œufs d'or, et feront certainement tout leur possible pour empêcher l'émancipation des citoyens et le développement humain et social de leurs "pays-ateliers". Veolia, en charge de l'assainissement des eaux d'Alexandrie, a ainsi porté plainte en 2012 contre l'État égyptien, pour avoir "osé" instauré un salaire minimum.

Il faut pourtant se battre contre cette misère humaine organisée, responsable du dumping social qu'on connaît en France. Prendre des mesures dans les pays de production aura un effet bénéfiques là-bas, mais ici aussi. Les problèmes des salarié-e-s détaché-e-s (relire l'article), les fermetures d'outils de production délocalisés, le tirage des salaires vers le bas... tous ces combats locaux ne pourront être gagnés que quand tou-te-s les travailleur-se-s seront organisé-e-s et en mesure de conquérir des droits nouveaux.

La CGT est mobilisée dans ce combat et vient de signer une convention avec le syndicat bengali NGWF. Ainsi va se mettre en place un projet de formation pour les ouvrier-e-s du Bangladesh (Lire le communiqué de la CGT). Il s'agit là d'un combat à dimension mondiale, mais agir partout pour que les ouvrier-e-s gagnent des droits, c'est agir ici aussi. Les entreprises, qui en ce moment touchent leurs cadeaux et délocalisent la production, ne doivent pas faire la pluie et le beau temps social.

TAFTA, attention danger !!!

 

TAFTA

Transatlantic Free Trade Area

(zone de libre-échange transatlantique)

Nous parlons ici d’un traité en cours de négociation, établissant les relations commerciales entre l’Union Européenne et les États-Unis. Si ces accords aboutissaient, ils donneraient jour à la plus grande zone mondiale de libre échange commercial, qui représenterait près de 50 % du PIB mondial.

Lire la suite : TAFTA, attention danger !!!

François Hollande à Clermont Ferrand

Demain vendredi 18 avril, le président Hollande sera dans notre région. Non pas pour venir discuter avec les citoyens qui l’ont mené au pouvoir. Mais pour rendre une visite de courtoisie à son interlocuteur privilégié et préféré, le MEDEF. En effet, accompagné de son ministre de l’économie, du redressement productif et du numérique Arnaud Montebourg, il doit se rendre sur le site de recherches Michelin de Ladoux (Cébazat), où une visite et un déjeuner avec quelques salariés sont prévus.

Ce déjeuner sera-t-il l’occasion de lui demander quelques explications quant à la volonté manifeste de détruire toute la protection sociale dans notre pays ?

Il y a peu de chances.

Par contre si l’envie lui en prenait de vouloir discuter avec la CGT, ça sera avec plaisir et nous y serons, mais derrière les grilles bien-sûr.

Lire la suite : François Hollande à Clermont Ferrand