Le vrai malaise : le pouvoir d’achat. Un vrai problème, une vraie colère.

Communiqué Cgt Michelin, Télécharger le tract

Compte-tenu des taxes supportées par les carburants en France, passer à la pompe revient à passer chez son percepteur : sur un plein de carburant (essence ou gazole) de 50 euros, chaque automobiliste acquitte 30 euros à l’Etat et 20 euros au pompiste. Sur ces 20 euros, environ 15 euros alimentent la spéculation sur le prix du pétrole et se retrouvent, au final, dans la poche des actionnaires. Le reste, soit environ 5 euros seulement, vont véritablement à l’industrie du raffinage et à la distribution (pipelines, camions citernes, dépôts et stations-services).

La France fait partie des 25 % des pays, sur la planète, appliquant un niveau élevé de taxes sur les carburants, destiné à générer des rentrées fiscales et inciter aux économies d’énergie dans les transports, selon une politique basée sur le prix d’accès aux carburants.

En 2014, le prix du pétrole a fortement chuté et le ministre des finances d’alors, un certain Macron, en a profité pour relever le niveau des taxes, qui n’ont pas cessé d’augmenter depuis. Depuis un an, le prix du pétrole est remonté, du fait des spéculations boursières effrénées (la cargaison d’un tanker peut changer 700 fois de propriétaire durant sa traversée) sur fond de géostratégie (menaces américaines sur l’Iran et le Venezuela, destruction des capacités libyennes depuis l’intervention de l’OTAN et de la France, guerre économique annoncée entre USA et Chine, etc.).

Lire la suite : Le vrai malaise : le pouvoir d’achat. Un vrai problème, une vraie colère.

Pour une Éducation de qualité, un budget à la hauteur, Non aux suppressions de postes

Communiqué intersyndical de l’Éducation, FSU, UNSA, FO, CFDT, CGT, SNALC, Sud, UNEF, UNL

Alors que le débat budgétaire s’ouvre au parlement, et que le projet de loi » pour une école de la confiance » est présenté aux organisations syndicales, le gouvernement a prévu d’une part pour la rentrée 2019 la diminution de 4 500 emplois de fonctionnaires d’état, 40% de cette baisse est supportée par la seule Éducation Nationale et d’autre part la possibilité de légiférer par ordonnance sur la réforme territoriale.

Le projet de loi de finances 2019 marque ainsi la fin de la priorité accordée à l’Éducation nationale en renouant avec la logique de suppressions de postes, une logique appelée à s’amplifier dans les années suivantes pour atteindre les 50 000 suppressions annoncées de fonctionnaires de l’État. Le ministre ne peut se prévaloir d’un objectif d’augmentation générale du niveau des élèves et de justice sociale, sans s’en donner les moyens !

Lire la suite : Pour une Éducation de qualité, un budget à la hauteur, Non aux suppressions de postes

Zéro train ce jour en Auvergne : Une situation inadmissible !

Communiqué de presse Secteur Cheminots Cgt Auvergne Nivernais, 30 octobre 2018

Alors que le train est par nature un moyen de transport capable de supporter presque tous les aléas climatiques, la désorganisation de la SNCF et les suppressions massives de moyens conduisent à stopper l’ensemble du trafic au moindre incident climatique ou d’autres natures.

Cet état de fait est en lien direct avec les politiques mises en œuvre depuis 15 ans à la SNCF et par les gouvernements successifs.

Lire la suite : Zéro train ce jour en Auvergne : Une situation inadmissible !

6.779.523...

Communiqué Cgt ADECCO - http://www.adecco.cgt.fr/

Ce n’est pas le numéro du prochain ticket gagnant de la loterie nationale ! C’est juste le montant que les 4 Comités d’Établissement vont se partager entre fin septembre et fin octobre, l’héritage d’un des deux anciens Comité d’Établissement.

À titre d’héritage les 4 CE auront la possibilité d’affecter la totalité de ces 6.779.523 eurosà des actions sociales, chèques vacances, chèques culture, chèques cadeaux,…

La CGT Adecco, entend bien pousser les autres organisations syndicales à nous rejoindre sur cette position.

Lire la suite : 6.779.523...

Dossier amiante à Interforge Issoire : rendez-vous au TGI de Riom

Télécharger le tract

Journée d'action le 16 octobre 2018

La CGT interforge lance un appel à la grève à tou-te-s les salarié-e-s de l'établissement d'Issoire, mardi 16 octobre 2018.

Plus que jamais, tous les salarié(es) doivent se sentir concerné(es) par le dossier amiante ; sachant que le dernier désamiantage a eu lieu en août 2017 et qu'actuellement, les seules personnes reconnues dans ce dossier ne sont ni plus ni moins que les personnes ayant travaillé avant 1986 et uniquement sous la presse...

Lire la suite : Dossier amiante à Interforge Issoire : rendez-vous au TGI de Riom

Guillaume, victime d'un traquenard...

Télécharger le communiqué

Communiqué Cgt Constellium Issoire, 08 Octobre 2018

Le 01 Septembre à la prise de poste du matin, Guillaume salarié de 39 ans avec 14 ans d’ancienneté, est tombé dans le piège tendu par son agent de maîtrise, Madame A.M MUNOZ la future « référente ESS Fonderie ».

Si nous n’avons pas peur, et encore moins de dire la vérité en citant cette personne, c’est parce que le salarié nous l’a demandé. Elle a licencié Guillaume en lui tendant un véritable piège. Ce salarié reconnu professionnellement et apprécié, durant les 14 années passées à Issoire, a été traité comme un moins que rien.

Avant de communiquer n’importe quoi sur le sujet et d’en rajouter, nous avons rencontré le salarié qui nous a expliqué comment elle en est arrivée à cette manœuvre.

Lire la suite : Guillaume, victime d'un traquenard...

35 heures : l’accord Constellium est bien illégal !

Communiqué syndicat Cgt Constellium Issoire, 3 octobre 2018 - Télécharger le tract

Le Conseil de Prud’Hommes de CLERMONT-FD statuant sous la présidence du Juge départiteur, par jugement contradictoire rendu publiquement, vient de confirmer que l’accord des 35 Heures en vigueur à CONSTELLIUM Issoire est illégal.

Ce jugement du 10 Septembre 2018, confirme celui de la Cour d’Appel de RIOM sur l’accord ARTT du 31 Mai 2000, signé après référendum et contre l’avis de plus de 70% des salariés, par FO et la CFE-CGC.

Lire la suite : 35 heures : l’accord Constellium est bien illégal !