La CGT en lutte : Environnement Recycling à Montluçon.

Depuis plus de 2 ans, la CGT sur le bassin de Montluçon mène bataille contre les dirigeants de l’entreprise Environnement Recycling, pour l’amélioration des conditions de travail des salariés.

Même si les conditions de travail se sont améliorées (l’action de la CGT n’y est certainement pas étrangère), cela n’exonère pas les employeurs de leur responsabilité antérieure.

Des dossiers prud’hommes ont été déposés pour «préjudice d’anxiété». La CGT a également saisi le Procureur de la République pour demander l’ouverture d’une enquête pour «manquement aux règles de sécurité et de santé». Les premières auditions au Commissariat ont eu lieu. Affaire à suivre !

Lire la suite : La CGT en lutte : Environnement Recycling à Montluçon.

Mouvement de grève à la Seita de Riom terminé et victoire des salarié-e-s.

Les salarié-e-s de la Seita à Riom sont resté-e-s en grève de lundi à jeudi 5 mars. Les négociations annuelles obligatoires ont commencé mais la direction paraissait trop occupée au suivi du plan social décrété l'an passé

Les salarié-e-s exigeaient une prime de 350 euros et une augmentation générale de salaire de 1%. La direction se bornait à ne proposer qu'une augmentation générale de 0.6 % et une prime de 280 euros. Il faut savoir que Imperial Tobacco est générateur constant de profits et l'exercice 2013-2014 montrait une hausse de 57 % des bénéfices.

Lire la suite : Mouvement de grève à la Seita de Riom terminé et victoire des salarié-e-s.

Carrefour Thiers : les salarié-e-s en grève.

Vendredi 13 mars, les salarié-e-s de Carrefour de Thiers sont entré-e-s en grève dans le cadre d’un mouvement national. La proposition d’augmentation de salaire de 0,5 % ne passe pas, surtout quand on sait que chaque salarié-e produit 12.000 euros de bénéfices pour la société en moyenne.

Cette proposition est d’autant plus inacceptable que l’enseigne continue de réduire les effectifs (- 4.165 postes en 3 ans) et que 1 salarié-e sur 2 travaille sous contrat précaire à temps partiel ou en CDD.

Lire la suite : Carrefour Thiers : les salarié-e-s en grève.

La direction de la SNCF sort son 49-3 ! Appel à la grève le 10 mars.

Le président du CCE vient, par lettres recommandées, de signifier aux élus que la plénière extraordinaire concernant la consultation sur la réforme du ferroviaire se tiendrait le 10 mars 2015. 

L’expertise commanditée par l’ensemble des élus au CCE, actant 9 000 suppressions d’emplois en 5 exercices budgétaires, des milliers de km de lignes supprimés, le gel des salaires et la réduction des déroulements de carrière, sera présentée à cette occasion. 

Ce passage en force n’est pas qu’une histoire de calendrier. Il permet au gouvernement, à la direction et aux organisations syndicales qui partagent le contenu de la réforme du ferroviaire, de consulter les élus en confisquant aux cheminots tous droits d’intervention, mais aussi d’information. Cette accélération a pour objectif de cacher aux cheminots les effets concrets de la réforme sur leur quotidien jusqu’aux élections pour ne pas avoir de compte à leur rendre.

Ils ne vous le diront pas !

Les questions de la dette et son financement étaient et restent au cœur de la réforme !

Faute de financement, le système ferroviaire va s’endetter de 3 milliards d’euros par an. Ce sont les cheminots et les usagers qui règlent la note par l’externalisation des services transverses, la généralisation de l’EAS, la fermeture de gares, de guichets, la suppression de 10 000 emplois à Mobilités d’ici 2020. La désertification de nombreuses régions sur le territoire va s’amplifier avec les prévisions de dessertes par bus en substitution des TER, TET, voire certains TGV. Le tout sur fond de 7 500 à 15 800 km de lignes supprimés qui précipiteraient la mort du fret.

Lire la suite : La direction de la SNCF sort son 49-3 ! Appel à la grève le 10 mars.

La direction de Constellium Issoire condamnée pour licenciement abusif.

Le conseil des prud’hommes vient de condamner la direction de Constellium, pour avoir licencié sans cause réelle et sérieuse un salarié en août dernier.

La CGT avait dénoncé ce licenciement et soutenu Olivier, la calomnie allant jusqu'à lui imputer une responsabilité dans le suicide d'un salarié dans l'usine et de désigner la CGT complice.

Lire la suite : La direction de Constellium Issoire condamnée pour licenciement abusif.

À la CGT, la solidarité, ça veut dire quelque chose !

Pendant le mouvement de grève des salarié-e-s de VERNEA, la solidarité financière interprofessionnelle de la CGT s'est complètement exprimée. Mardi 10 février, l'Union Locale CGT de Cournon avait invité les salarié-e-s et les militants CGT ayant soutenu le mouvement, pour la remise du chèque.

Le syndicat CGT de la Construction 63 avait centralisé les dons. Laurent Dias, secrétaire régional du Syndicat de la Construction du Bois et de l'Ameublement, a remis un chèque de 4490 euros. Au total, la caisse de solidarité sur le site plus la participation financière de l'UNSA ont gonflé la caisse à près de 8000 euros.

Certes, cette somme très importante ne couvrira pas intégralement l'impact des 19 jours de grève pour 40 salarié-e-s. En tous les cas, ces jeunes travailleurs ont été très touchés par le geste. De plus, ils connaissent désormais le chemin de l'Union Locale CGT de Cournon et savent que ses portes leur sont grandes ouvertes.

Lire la suite : À la CGT, la solidarité, ça veut dire quelque chose !

Communiqué des salarié-e-s de Vinci-Airports.

Négociations Annuelles Obligatoires 2014-2015

                               …Et non, pas encore finies !

 

La maison Vinci-Airports a vraiment du mal avec le DIALOGUE social. Le mot est en exergue, volontairement, car nous avons réellement l’impression que la conception actuelle du dialogue dans ce groupe semble se résumer à un monologue ronronnant. Dès qu’une voix discordante se fait entendre, on se crispe, on sort les calculettes, les tableaux de chiffres, s’évertuant à nous prouver par A + B que non, il n'y a pas de sous pour les salariés !!! Mais des sous, il y en a...

Bref, le mécontentement gagne. Dans plusieurs autres entités Vinci, les NAO sont maigres ou insignifiantes. Plusieurs protocoles de "désaccord" ont été validés, avec des augmentations à minima. La situation est déplorable en général.

Lire la suite : Communiqué des salarié-e-s de Vinci-Airports.