Le compte à rebours pour nos 4 collègues de CROM est lancé

Communiqué de la FAPT CGT 63, Clermont-Ferrand, le 30 mai 2016.

Savez-vous concrètement ce qu’ils réalisent tous les jours pour nous tous ?

Remplacement des plaques de chambres sur le Puy-de-Dôme, accès, déménagements, petits travaux de plomberie,  d’électricité  etc…

Le 1er juin se retrouveront-ils sans emploi dans l’indifférence générale ??

Pourtant une décision de justice provisoire a été prise en référé.

Elle ordonne à Orange le maintien de la relation de travail reconnu par le tribunal entre ces salariés et Orange (même si un contrat de travail existe avec la société CROM).

L’appel d’Orange contre cette décision n’est pas suspensif … mais la direction d’Orange s’arroge le droit de ne pas l’appliquer, laissant depuis plusieurs jours nos collègues dans le désarroi.

Lire la suite : Le compte à rebours pour nos 4 collègues de CROM est lancé

FNME : retour sur la journée d'actions du 26 mai

Communiqué du syndicat CGT FNME 63

Alors que la pression dans le pays, s’accentue sur le gouvernement, NOUS, salariés du secteur des mines et de l’énergie, pouvons être fiers de cette nouvelle journée d’action et d’initiatives contre la loi Travail. Partout dans les entreprises de la branche des IEG nous avons réussi à nous mobiliser et nous avons su faire entendre notre colère et notre détermination.

  • Que dire de nos collègues d’AREVA qui se sont mobilisés fortement sur les sites de la filière atomique.
  • Que dire de nos camarades du gaz, chez Elengy, qui ont démocratiquement en assemblée générale du personnel acté la reconduction du blocage "total" des terminaux méthaniers de Fos-sur-Mer et de Montoir de Bretagne jusqu’au 30 mai.
  • Que dire du CNPE de Nogent, exposé médiatiquement, qui a aussi validé la reconduction du mouvement.

Lire la suite : FNME : retour sur la journée d'actions du 26 mai

Carrefour Issoire : Protection des acquis et retrait de la loi Travail

Les salarié-e-s de Carrefour Issoire seront en grève à partir de Samedi 28 Mai 2016.

Suite aux Négociations Annuelles Obligatoires, alors qu’au national les salariés arrachaient une infime augmentation de 0.5% de salaire, les salarié-e-s de Carrefour Issoire (GROUPE DEJEAN) eux se voyaient attribué-e-s une augmentation de ? de ? ZERO euros ! 

Pour le reste des revendications, on ne change rien c’est zéro aussi ! Par contre la direction propose d’échanger la prime d’ancienneté contre titres restaurant, chèques vacances…

Les salarié-e-s ont vite fait le rapprochement avec le projet de loi travail qui prévoit de privilégier les accords d’entreprise…

À qui profitera le plus ce genre d’accord ? Aux salarié-e-s ou au patron ?

Et depuis 2014 chez Carrefour Issoire, la dénonciation des accords c’est monnaie courante !!

Nous assistons encore là à un déni de dialogue social, les salarié-e-s ne décolèrent pas de la politique salariale menée dans leur entreprise et de celle menée par le gouvernement et son projet de loi EL KHOMRI !

Télécharger le tract

 

 

LE BTP en colère

La crise n’a pas le même gout pour tout le monde. Les profits sont au beau fixe mais les salaires piétinent.

Les trois grands groupes de BTP VINCI, BOUYGUES, EIFFAGE annoncent tous des bénéfices en hausse pour 2015.

Vinci a même attribué une augmentation de 25% des dividendes en 2015.

Le groupe affiche fièrement : « Un actionnaire de VINCI qui aurait investi 1 000 euros le 1er janvier 2006 se retrouverait à la tête d’un capital de 2 462 euros au 31 décembre 2015, en supposant un réinvestissement en actions VINCI du montant des dividendes encaissés. Son investissement lui aurait rapporté un rendement de plus de 9 % par an. »

Lire la suite : LE BTP en colère

Air France Un tissu social déchiré, des libertés syndicales entravées

Communiqué de la CGT Air-France

Partout en France, mobilisons-nous massivement le 27 mai 2016 en soutien aux salariés d’Air France, mais aussi à tous les syndicalistes injustement incriminés.

Le 27 mai 2016, 16 salariés d’Air France sont traînés devant le Tribunal de grande instance de Bobigny par la direction de l’entreprise. Onze seront jugés pour avoir forcé l’ouverture de la grille du siège et cinq pour faits de violence concernant l’affaire dite « de la chemise ».

Rappelez-vous, c’est le déclenchement du plan B, un plan de broyage de l’activité Air France avec plus de 2900 suppressions d’emplois à la clé qui a déclenché l’envahissement du CCE.

Plan abandonné par la suite.

Lire la suite : Air France Un tissu social déchiré, des libertés syndicales entravées

Pour le retrait du projet de loi travail, la lutte continu ! Amplifions les grèves

Communiqué des syndicats CGT et FO Simply Market Cournon

Le projet de loi El Khomri, dit « Loi Travail », est un véritable dynamitage du Code du Travail. 132 pages qui rebâtissent complètement le Code du Travail, répondent à toutes les demandes du patronat, détruisent des conquêtes qui datent parfois de plus d’un siècle.

Ce projet contient des régressions sans précédents, mais surtout il met en œuvre une logique qui détruit la colonne vertébrale de la législation du travail.

La hiérarchie des normes est en danger. Le Code du Travail et les conventions collectives ne deviendront plus la norme, le projet de loi El Khomri indique que les accords d’entreprises prévaudront et deviendront le niveau de droit commun. Chaque entreprise pourra fabriquer sa propre loi, selon la volonté de l’employeur !

Lire la suite : Pour le retrait du projet de loi travail, la lutte continu ! Amplifions les grèves

Grève à Centre Service Frais : une victoire remarquable !

Communiqué de la CGT Commerce 63 :  

Les NAO s’étaient soldées par un échec, la direction annonçant une augmentation de … 0,6% pour l’année 2016.

Mais c’était sans compter sur la détermination des salarié-e-s qui depuis des années voyaient leur salaire plafonner à proximité du SMIC. À l’appel de la CGT, majoritairement, ils votèrent la grève reconductible et, durant 6 jours s’affrontèrent à une direction inflexible.

Les revendications portaient sur les rémunérations et la création d’une prime d’ancienneté.

Face au blocage du dialogue, l’inspection du travail a été appelée en renfort et son action fut déterminante dans la dernière ligne droite des négociations.

Résultat :

  • 60 € net soit 3, 8% d’augmentation
  • 3 jours de grèves payés
  • Une prime d’ancienneté créée :
    • Entre 3 et 6 ans : 3%
    • Entre 6 et 9 ans : 6%
    • Entre 9 et 12 ans : 9%
    • Entre 12 et 15 ans : 12 %
    • Plus de 15 ans : 15%

La lutte a payé ! Bravo aux salariés et à la CGT !