Pas de destruction du code du travail sur ordonnance ! Dès le 12 septembre 2017, tous ensemble marchons contre la casse du droit du travail

Fédération des Transports, Montreuil le 10 août 2017,

Les futurs projets de réforme du nouveau gouvernement concernant le droit du travail dévoilés par la presse vont bien au-delà des éléments annoncés publiquement !

Ils concernent notamment le contrat de travail, les salaires, la santé, la sécurité au travail, l’assurance chômage et les retraites, autrement dit ce gouvernement devient le premier représentant du Medef pour mettre en œuvre ce que Pierre Gattaz rêvait sans oser réellement y croire !

La feuille de route écrite par le Medef est toute tracée, c’est la fin des conventions collectives et des droits qui y sont attachés (temps de travail, primes diverses, grilles ancienneté, paiement des salaires en cas d’arrêt maladie, indemnité de licenciement, etc.… seront remis en cause sur le bon vouloir du patron devenu intouchable).

Lire la suite : Pas de destruction du code du travail sur ordonnance ! Dès le 12 septembre 2017, tous ensemble...

La vision 2025 d’Auchan France ? 870 suppressions de postes !!!

Communiqué Cgt Auchan/Simply et Fo

Un PSE (plan de sauvegarde à l’emploi !!!) vient d’être validé par la direction du travail suite au vote favorable de la CFTC et de la CGC (syndicats toujours très compatissants).

Un PSE ne se négocie pas, il se combat !!!

Non aux licenciements chez Auchan – ATAC/Simply Market !

Suite à des mauvais choix stratégiques, Auchan France est dans la tourmente, mais l’entreprise préfère se dédouaner en accusant une organisation du travail trop rigide.

Lire la suite : La vision 2025 d’Auchan France ? 870 suppressions de postes !!!

ex-FRALIB - SCOP-TI : où en est-on ?

Communiqué Cgt Unilever, 7 août 2017

Nul doute - c'est un euphémisme- que les médias aux ordres et l'oligarchie ne souhaitent pas le succès économique de la Scop gérée par les ex d'Unilever et de l'Eléphant!

Pour eux ce serait la preuve une fois de plus que les travailleurs peuvent se passer des patrons ... et que donc le capitalisme n'est pas la seule réponse aux nécessités de la vie économique.

Ils sont donc idéologiquement intéressés à l'échec de l'entreprise!

C'est pourquoi nos camarades doivent être entourés du soutien et de la solidarité de tous ceux qui aspirent à sortir enfin des rapports de subordination et d'exploitation.

Cette solidarité devant prendre aussi la forme d'un soutien politique et d'une bataille de l'information faisant litière des idées visant à semer  le doute quant à la possibilité même du succès de la nouvelle SCOP.

Campagne de sociofinancement : le projet de Scopti est aussi le votre !

Lire la suite : ex-FRALIB - SCOP-TI : où en est-on ?

Repos dominical : Le Conseil d’État recadre la loi Macron

Montreuil, mercredi 2 août 2017

Le travail le dimanche a pris un coup dans l’aile. Et l’attaque contre cette mesure emblématique de la loi pour la croissance du 6 août 2015, dite loi Macron, provient du Conseil d’État. Celui-ci, saisi le 28 juillet dernier par la Fédération CGT Commerce et services, a annulé partiellement le décret n° 2015-1173, portant application de la loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques. 

Le décret prévoyait la possibilité de déroger au repos dominical dans les commerces de détail situés dans certaines zones géographiques : les unités urbaines comptant plus de 100 000 habitants. Le Conseil d’État a décidé de limiter ces cas de dérogations, uniquement dans les zones commerciales, annulant le seuil de 100 000 habitants, car, argumente la plus haute instance de l’État, « ce critère conduisait en effet à rendre éligibles 61 unités urbaines, rassemblant près de trente millions d’habitants, sans que le besoin d’une dérogation au repos dominical aussi large soit justifié par les pièces du dossier ».

Lire la suite : Repos dominical : Le Conseil d’État recadre la loi Macron

Uberisation : Deliveroo veut virer en masse !

Montreuil, mercredi 2 août 2017

Pour protester contre l’odieux chantage à l’emploi de Deliveroo, les livreurs auto-entrepreneurs du syndicat CGT des coursiers à vélo de la Gironde invitent les pouvoirs publics à se saisir le plus vite possible du dossier et sollicitent une enquête de l’Inspection du Travail.

Le 27 juillet dernier, la société Deliveroo a décidé de se séparer de tous les livreurs auto-entrepreneurs engagés sous d’anciens contrats. Si le procédé employé pose déjà question (les livreurs ayant été informés du jour au lendemain par téléphone), le but de la manœuvre est encore plus révoltant : un simple chantage à l’emploi, ni plus, ni moins.

En effet, la société propose aux livreurs un nouveau contrat – plus précaire – qui entrainerait des pertes de 30 à 40 % de rémunération (passant d’une rémunération minimum de 7,5 euros par heure et une part variable de 2 à 4 euros par course à un contrat de 5 euros par course sans minimum) et une recrudescence des risques et de la concurrence entre livreurs. Bien entendu, tout refus équivaudrait à la porte pour les coursiers...

Lire la suite : Uberisation : Deliveroo veut virer en masse !

Nouveau report du Tribunal de commerce : Quel avenir pour les salariés de GM&S ?

Communiqué de presse De la fédération des travailleurs de la métallurgie CGT et de l’Union Départementale Cgt de la Creuse, 1 août 2017.

Le Tribunal de Commerce de Poitiers a rendu son jugement. Une décision de prolongation d’activité jusqu’au 18 Septembre a été annoncée. Une nouvelle audience est prévue le 4 Septembre 2017.

Ce délai doit permettre de poursuivre et d’étoffer le dossier avec une augmentation du nombre de salariés repris. Cela serait est une bonne chose.

Nous maintenons le fait que PSA comme Renault ont les moyens de donner des volumes et par voie de conséquence du chiffre d’affaires supplémentaire.

Lire la suite : Nouveau report du Tribunal de commerce : Quel avenir pour les salariés de GM&S ?

Retour sur l'action de défense du bureau de Poste de Saint Dier D'Auvergne

Retour d'infos suite à l’appel au rassemblement des collectifs de défense des bureaux de poste, ce samedi 22 juillet, relayé par notre syndicat CGT FAPT 63.

Vendredi matin, le facteur du bourg annonce, lors de sa tournée, que le bureau de poste reste ouvert (pour rappel il devait fermer 2 semaines). Les habitants s’en félicitent. Le maire n’est pas au courant, mais reçoit une lettre de la Direction Générale du Groupe la poste, l’en informant, insistant néanmoins sur le fait que le bureau de poste est toujours éligible à l’APC ou au RPC (agence postale ou relais commerçant).

Décision est donc prise par les membres du collectif de maintenir la pression, et donc le rassemblement, à 10h le samedi matin.

Lire la suite : Retour sur l'action de défense du bureau de Poste de Saint Dier D'Auvergne