[AERTEC] deposez vos candidatures sur les listes CGT aux élections CSE - plus d'infos ici 


Retour sur le 14ème Congrès    Publié le

 

Le 14ème congrès du syndicat CGT du site de l'Atelier Industriel de l'Aéronautique de Clermont-Ferrand s'est tenu les 3 et 4 octobre à Cournon d'Auvergne dans la salle de l'ASTRAGALE.
Avec plus de 100 délegués ainsi qu'une dizaine d'invités venus de toute la France, ce moment fut un veritable succès !

Merci à l'ensemble des organisateurs, ainsi qu'a tous ceux qui ont permis la tenue de cet évenement d'ampleur pour notre organisation.

La nouvelle Commission Executive est largement rajeunie et la représentativité des sections sous traitante et retraités est également respectée.

Article de Mediacoop : CGT de l'AIA de CLERMONT-FERRAND 14ème congrès
Restaurant/Traiteur : En attendant Louise - MENETROL

logo congres cgt aia



 

 


Information plan de recrutement 2020    Publié le

Brève: Embauches 2020

On ne peut pas dire « il y a trop d’improductif » et annoncer ce plan d’embauches-là : 11 ICT, 27 TCT, 31 Ouvriers de l'Etat et 7 autres.

Pour information à l'AIA de CUERS PIEREFEU : le plan d'embauche 2020 est repartie de la manière suivante 22 ouvriers de l'Etat pour 50 embauches d'autres statut !

Alors que l'oragnisation de travail evolue à grande vitesse, le SIAé dégraisse ! La CGT s’indigne que l’AIA de Clermont-Ferrand recrute pour la deuxième année consécutive plus de contractuels que d’ouvriers de l’État.          


Ingénieurs d'Études et de Fabrications    Publié le

Réforme des IEF

 La réforme du corps des Ingénieurs d'études et de fabrications (catégorie A du corps technique des fonctionnaires du ministère des Armées) se dessine, notamment avec une nouvelle appellation : les Ingénieurs Civils de la Défense.

Lire la suite de Ingénieurs d'Études et de Fabrications


Retraite : la bataille reste à venir    Publié le

Retraite : la bataille reste à venir

 
Le vaste chantier de la réforme des retraites a franchi un cap le 18 juillet dernier, quand le haut-commissaire a dévoilé ses préconisations après dix-huit mois de concertation avec les partenaires sociaux. Mais tout reste à faire pour défendre un système juste où tout le monde bénéficiera des mêmes droits.

Quelles sont les intentions réelles du gouvernement pour la réforme des retraites ?

Ce ne sont pas les annonces de M. Delevoye le 18 juillet dernier, après dix-huit mois de concertation avec les syndicats, qui ont permis de lever le flou. Seule certitude à ce jour : le gouvernement souhaite que l’application du nouveau système universel par points, qui a vocation à remplacer les 42 régimes existants, entre en vigueur en 2025.

Le calendrier de mise en œuvre s'oriente vers un projet de loi présenté en Conseil des ministres d’ici à la fin de l’année puis débattu au Parlement en 2020, avant ou après les élections municipales.

En attendant, la bataille à venir sur l’âge de « départ à taux plein à 64 ans» (distinct de l’âge légal), à laquelle tous les syndicats sont fermement opposés, rendra la concertation – qui reprend en septembre – difficile. D’autant que l’on ne sait rien sur le montant des pensions ou l’âge auquel chacun pourra partir à la retraite à taux plein. Ce qui est sûr, c'est qu'un retraité partant à l'âge légal de 62 ans, même avec une carrière complète, verra sa pension amputée d'une décote de 10 %.

La non-prise en compte des propositions des syndicats sur la pénibilité par exemple ou la référence à la carrière complète plutôt qu'aux 25 meilleures années risque aussi d’envenimer les débats.

Comme la valeur du point, qui n’est pas connue et dont la revalorisation n’est garantie par aucun mécanisme, Comment va-t-elle évoluer ? En fonction de l’inflation, des salaires, de la croissance, de l’espérance de vie ? Et qui en décidera ?

La CGT réclame des droits garantissant dans tous les secteurs professionnel, la possibilité d'un départ dès 60 ans et revendique de meilleures retraites par l'augmentation des financements qui reposent sur les cotisations sociales.

Pour l’heure seul « le blocage du niveau de financement des retraites et l’allongement de la vie active » apparaît comme une certitude. La CGT est convaincue que l'absence de ressources nouvelles, conjuguée à l'augmentation du nombre de retraités d'ici à 2050, entraînera un effondrement du montant des pensions d'environ un tiers.

La CGT appelle d’ores et déjà à descendre dans la rue le 24 septembre.

 


Rapport DELEVOYE    Publié le

FSPOEIE - RETRAITE DE L'ETAT - RAFP

Que vous soyez Ouvriers de l'Etat, Fonctionnaires ou Militaires la future réforme des retraites qui vit déjà à travers le rapport DELEVOYE visera à univerlisaliver vos regimes ! Et pas en les tirant vers le haut, évidemment !

La réforme proposée par le gouvernement est, dans son principe, un copier-coller du système suédois : gel des ressources, avec un taux de cotisation « fixé une fois pour toutes », si bien que, compte tenu de l’augmentation du  nombre de retraité.e.s,  les citoyens doivent arbitrer entre :

un départ à 62 ans avec une pension insuffisante pour vivre

ou une pension plus importante sous réserve de décaler son départ en retraite

un système perdant/perdant.

L’intérêt : plus besoin de faire des réformes impopulaires pour baisser le montant des pensions, il y aura désormais une règle de pilotage automatique.

 

La CGT met à disposition un calculateur de la baisse des retraites 

https://reforme-retraite.info/

 

Retrouver l'annexe au rapport DELEVOYE qui évoque notamment les fameux 42 regimes de retraites

https://www.reforme-retraite.gouv.fr/IMG/pdf/retraite_annexes_leger.pdf

Pour gagner de meilleures retraites, de meilleurs salaires, des services publics pour tous et partout, mobilisons nous le 24 septembre.